Les fossiles vivants réfutent l’évolution

Le magazine évolutionniste New Scientist décrit ainsi les contradictions évolutionnistes devant les fossiles vivants :

Certains biologistes s'étonnent qu'il n'y ait aucune évolution, en considérant les pièges possibles du changement. "L'idée est que les organismes sont tellement complexes qu'il est très difficile de changer un aspect sans ruiner tout le reste", dit [le paléontologiste de Yale, Elisabeth Vrba] . Mais il est extrêmement difficile de montrer que c'est pour cela que nos survivants suprêmes sont restés inchangés pendant des millions d'années. 36 


Niles Eldredge

Bien sûr qu'il est très difficile d'expliquer ce fait en termes évolutionnistes, car les adeptes de l’évolution recherchent une explication au sein de cette théorie. Pourtant les fossiles vivants révèlent que les êtres vivants ne descendent pas les uns des autres par étapes, ni qu'ils aient évolué de quelque manière que ce soit. Les archives fossiles ne fournissent aucun exemple de formes intermédiaires. D'innombrables êtres vivants sont restés inchangés pendant des millions d'années, et leurs structures anatomiques actuelles sont exactement les mêmes que celles d'il y a des millions d'années. Les archives fossiles sont presque entièrement remplies de spécimens d'animaux et de plantes démontrant cela. Elles réfutent scientifiquement et définitivement l'évolution.

 Citons de nouveau Niles Eldredge qui admet qu'aucune explication n'existe concernant les fossiles vivants, lesquels constituent un des innombrables secrets que l'évolution n'a pas été capable d'éclaircir :

… Il semble n'y avoir eu pratiquement aucun changement dans n'importe quelle partie que nous pouvons comparer entre l'organisme vivant et ses ancêtres fossilisés du lointain passé géologique. Les fossiles vivants incarnent le thème de la stabilité évolutionnaire à un degré extrême. … Nous n'avons pas résolu complètement le mystère des fossiles vivants. 37


Les chauve-souris sont restées inchangées pendant 50 millions d'années, et elles font partie des preuves les plus importantes qui démolissent la théorie de l'évolution.

Pierre-Paul Grassé, un des zoologistes français les plus célèbres, premier éditeur du Traité de Zoologie en 28 volumes et ancien président de l'Académie Française des Sciences, termine le chapitre "L'évolution et la sélection naturelle" dans son livre Evolution of Living Organisms (L'évolution des organismes vivants) avec les paroles suivantes :

"L'évolution en action" de J. Huxley et d'autres biologistes est simplement l'observation de faits démographiques, de fluctuations locales de génotypes et de distributions géographiques. Les espèces concernées sont souvent restées pratiquement inchangées pendant des centaines de siècles ! La fluctuation suite à certaines circonstances, avec une modification préalable du génome, n'implique pas l'évolution et nous avons des preuves tangibles de cela dans un grand nombre d'espèces panchroniques [c'est-à-dire des fossiles vivants qui restent inchangés pendant des millions d'années]. 38

Les fossiles vivants et la stase dans les archives fossiles ne pouvaient être expliqués du temps de Darwin, et bien peu par la suite. Les scientifiques essayant d'adapter la théorie de l'évolution de Darwin aux découvertes scientifiques modernes l'ont également admis, même si c'est à contrecoeur. Les faits révélés par les données scientifiques et les archives fossiles contredisent totalement la théorie de l'évolution actuelle, comme Darwin l'admit lui-même il y a 150 ans :

… Je suis bien conscient qu'à peine un seul point est discuté dans ce volume sur lequel aucun  fait  ne peut être cité, menant apparemment à des conclusions bien souvent à l'opposé même de ce à quoi nous sommes arrivés. Un résultat correct peut être seulement obtenu en énonçant et en pesant chaque fait et argument des deux côtés de la question ; et cela ne peut être fait ici. 39

Avec ces paroles, Darwin énonce sans hésiter que son affirmation ne s'accorde pas avec les faits – c'est la raison pour laquelle, nous semble-t-il, il les a ignorés. La situation est la même pour ceux qui soutiennent la théorie de l'évolution de nos jours malgré la vérité révélée par les archives fossiles ;  ils suivent aveuglément le sillage de Darwin et tournent le dos aux faits. Cependant, les faits sont maintenant bien plus évidents, et bien plus identifiables. Le nombre de personnes qui  ont vu la vérité et qui la préfèrent augmente, et le nombre de personnes qui croient inconditionnellement aux contes de fées diminue progressivement. Les faits sont têtus : ils ne peuvent être ni cachés ni ignorés, aussi largement qu'ils l'étaient à l'époque de Darwin. La génétique, la microbiologie, la paléontologie, la géologie et toutes les autres branches de la science révèlent constamment une vérité que ni Darwin ni ses partisans n'ont jamais acceptée, et à laquelle ils ne s'attendaient peut-être pas – le fait de la création.

C'est ainsi que Dieu est Lui le Vrai, alors que ce qu'ils invoquent en dehors de Lui est le faux ; c'est Dieu qui est le Sublime, le Grand. N'as-tu pas vu que Dieu fait descendre l'eau du ciel, et la terre devient alors verte ? Dieu est plein de bonté et parfaitement Connaisseur. A Lui appartient ce qui est dans les cieux et sur la terre. Dieu est le Seul qui se suffit à Lui-Même et qui est Le Digne de louange ! N'as-tu pas vu que Dieu vous a soumis tout ce qui est sur la terre ainsi que le vaisseau qui vogue sur la mer par Son ordre ? Il retient le ciel de tomber sur la terre, sauf quand Il le permettra. Car Dieu est plein de bonté et de miséricorde envers les hommes. C'est Lui qui vous donne la vie puis vous donne la mort, puis vous fait revivre. Vraiment l'homme est très ingrat. (Coran, 22 : 62-66)

 


36. Dicks, "The Creatures Time Forgot," New Scientist, 23 October 1999
37. Niles Eldredge, Fossils:The Evolution and Extinction of Species, Princeton University Press, New Jersey, 1991, pp. 100, 108
38. Phillip E. Johnson, Darwin On Trial, Intervarsity Press, Illinois, 1993, p. 27
39. Darwin, The Origin of Species, p. 66